Ceci n’est pas un article explicatif sur les ulcères. L’article arrivera prochainement.

Ceci est un article sur mon expérience avec ma jument et ses ulcères.

Cet article est là pour aider et rassurer les personnes qui ont un cheval avec des ulcères.

Je préviens que je ne me prétends vétérinaire en aucun cas et je rappelle que tous les vétérinaires ne se valent pas.

***

Même si je ne compte pas expliquer en détails ce que sont les ulcères, je suis obligée de définir ce terme pour que tout soit plus clair pour vous. Un ulcère gastrique est une lésion de la muqueuse de l’estomac, principalement lié à une sur-acidité de ce dernier. La lésion peut être très profonde ou superficielle. Je vais parler ici des ulcères qui ont un impact sur la vie du cheval soit, des vrais ulcères.

***

La première question à se poser est :

Comment être certain que son cheval a un ulcère gastrique ?

Réponse : Il faut faire une gastroscopie.

Pourquoi nous mettons-nous à faire ce test ? En général, c’est parce que notre cheval est bien trop mince et ne prend pas de poids malgré une suralimentation. Nous avons, de plus, fait une coprologie qui écarte la présence de vers et le cheval n’a aucune maladie en particulier. Si tout cela est exclu, la seule cause restante de cette minceur est souvent l’ulcère.

 

Sans faire de gastroscopie, certains symptômes peuvent confirmer les ulcères :

  • Bâillement
  • Manque d’appétit
  • Coliques “faciles”
  • Côtes apparentes
  • Grincements de dents
  • Crottins mous
  • Sensibilité au toucher à des points précis.

 

 

Rien n’est très flagrant, ce sont les symptômes de beaucoup de problèmes possibles. Seules des suppositions peuvent se conclure. Nous n’avons pas à nous mettre à paniquer au moindre bâillement.

Pour faire simple, si votre cheval n’a que le bâillements en symptôme, il y a de forte chances qu’il n’ait rien du tout et soit juste fatigué ou ennuyé d’être attaché depuis 30 minutes sans rien faire. 

 

 

En revanche, s’il est mince et que tout autre problème est exclu, nous pouvons être certain à 99% que c’est un ulcère.

Comment atteindre les 100% ? La fameuse gastroscopie qui permet de voir l’estomac et sa muqueuse clairement…

Mais voilà… Il y a un problème… C’est cher. Il faut souvent déplacer le cheval en clinique et ça peut revenir très cher. Puis, le traitement lié si les ulcères sont confirmés… n’en parlons pas. Encore plus cher ! 150 la gastroscopie + les nombreux coûts autour…

 

 

Pourquoi je me sens légitime à conseiller sur les ulcères ?

Ma jument a eu des ulcères. Aujourd’hui tout va beaucoup mieux. Je ne me pose plus de questions.

 

   cheval-ulcere-3 cheval-ulcere-2cheval-ulcere-1cheval-sans-ulcere-1 cheval-sans-ulcere-2 cheval-sans-ulcere-3

 

On peut voir sur ces photos que j’ai pas mal réussi à traiter son cas.

 

 

Au début, rien ne fonctionnait. J’ai essayé tout et n’importe quoi, conseillés par les cavaliers et/ou pros (vétérinaire, etc). 

Suite à la colique de trop, j’ai fait faire une gastroscopie qui m’a prouvé l’existence d’ulcères. À partir de ce moment, je me suis remise en question -même si ses ulcères venait des courses et qu’elle en avait à son arrivée- .

J’ai évité d’écouter tout le monde qui me disait qu’un PS devait être mince. J’ai fait le réel traitement à l’omeprazole puis, le naturel à l’aloe vera.

J’ai fait en sorte de lui offrir le meilleur environnement possible.

Mon but : que ma jument soit heureuse avec un bien-être optimal. Cela a été une révélation.

J’ai enfin eu des résultats. Maintenant, j’ai le problème inverse tous les printemps… Ce qui est bien pire pour un pur sang…

 

***

Voici donc mes conseils :

 

Avant tout traitement :

Il faut un mode de vie 100% adapté à votre cheval, 0 déclencheur de stress et une alimentation non agressive pour l’estomac.

 

Pendant le traitement et après :

Si vraiment votre cheval est mince et que financièrement, vous hésitez sur le Gastrogard, ce qui est tout à fait normal, il y a des solutions mais ça va être compliqué.

Vu mon expérience négative sur tous les produits annexes conseillés par les vétérinaires ou autres pros, le seul traitement que je conseillerais et qui a eu de l’effet, c’était de donner du phosphalugel avant le repas pour tapisser l’estomac, de l’aloe vera et du riz… Je ne suis pas certaine que je donnerai du riz aujourd’hui. Le riz avait pour but de diminuer l’acidité. Je me pencherai davantage sur l’aloe vera pour ses vertues magiques : cicatrisantes et diminuent l’acidité.

 

 

Cependant, comme nous ne sommes pas certains de la magie de l’aloe vera, c’est l’assimilation des aliments qui sera traitée. Nous ne pourrons prouver la réelle cicatrisation de l’ulcère sans faire de gastroscopie. Tout sera apaisé, tapissé, etc. donc le cheval prendra du poids et redeviendra normal. Une rechute au moindre écart, tel que le stress, sera plus que probable. Pour une vraie cicatrisation des ulcères, il faudrait des mois et des mois. Que ces ulcères soient épargnés -suite à l’environnement, l’apaisement et l’alimentation 100% adaptée- pour qu’ils puissent cicatriser dans leur coin naturellement et complètement. Je ne pense pas que ce soit impossible. Tout est possible.

 

Dans mon cas, j’ai soigné ma jument au Gastrogard mais son environnement n’était pas adapté pendant ce traitement donc il y a dû y avoir qu’une cicatrisation partielle. J’ai ensuite testé aloe vera et riz. Son estomac a été plus que soulagé. Pour la première fois ma jument prenait du poids.
Je n’ai jamais fait de gastroscopie de vérification, les résultats étant là et surtout, le prix étant trop cher à l’époque.

 

Je constate aujourd’hui des signes d’ulcères quand tout n’est pas rose pour elle. Abcès, temps très froid et pluie qui dure, par exemple. Quand tout va bien, elle est ronde comme un ballon, voire beaucoup trop ronde, ce qui est dangereux pour sa race.

 

 

Je sais que ses ulcères ont cicatrisé mais je suis persuadée qu’il reste une trace, c’est obligé. Stressée comme elle, elle doit se faire bobo de l’intérieur seule.

Toutefois, comme son environnement et son alimentation lui conviennent, elle est bien. Fini les problèmes de maigreur, les questionnements, les suppléments. Tout va bien.

 

 

J’espère que mon texte vous a rassuré si votre cheval a aussi des ulcères. J’espère que vous n’êtes plus perdus dans les 1 milliards de traitements à faire à la place du Gastrogard et face aux milliers de conseils que l’on vous a donné. 

Allez, bam ! Un conseil de plus venant de moi ! Désolée. 

Surtout, ne vous inquiétez pas, ce sera bientôt du passé !

Si vous avez des questions à ce sujet, n’hésitez absolument pas en commentaire.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest

Share This