Ah les abcès… Quelle galère !

Si votre cheval boite d’un antérieur, qu’il n’y a pas une blessure de visible, ni un quelconque gonflement : bingo ! Il y a de fortes chance pour que ce soit un abcès !

C’est douloureux mais, ne vous inquiétez pas, ce n’est pas grave.

Cela peut arriver aussi bien aux chevaux ferrés, que pieds nus. Les abcès sont rarement dus à un choc et souvent dus à une élimination dans le corps. Ne cherchez donc pas la cause autour de votre cheval. Cherchez celle “en lui”.

Selon le niveau de sensibilité du cheval, cet abcès pourra être très douloureux ou pas du tout. Cela ne voudra pas dire qu’il est gros ou non. Tout dépend de votre cheval. Ce n’est pas non plus parce qu’il mettra du temps à percer qu’il explosera à sa sortie comme le plus gros des abcès. Le dernier abcès de ma jument a mis 4 semaines à “trouver la sortie” et a fait un petit point dans la sole. À peine perceptible.

 

***

Les 5 choses à ne surtout pas faire lors d’un abcès :

 

1.Percer

C’est la règle numéro 1 !

Qui dit “creusez vous même (ou, le maréchal, véto, etc.)” signifie “bonjour la galère et les soins pour éviter les infections”.

L’abcès a une raison d’être. En plus de créer une belle zone sensible aux infections, l’abcès risque fortement de revenir car le corps ne l’aura pas éliminer correctement. Sans parler que creuser un sabot et le fragiliser est plus que aberrant.

Si vous ne faites rien, l’abcès sortira, avec de fortes chances, par un petit trou à peine visible. Il n’y aura aucun dégât dans le sabot, ni infection.

 

2.Mettre son cheval de pré au box

Le cheval est un animal grégaire. Il préférera, à 100%, galérer à marcher dans son pré avec ses copains, que de se retrouver seul dans un box. Le mal-être sera décuplé. Ne vous attendez pas à soigner rapidement l’abcès dans un corps pleins de mal-être. Sans parler que vous aurez de grandes chances de créer des problèmes bien pires : ulcères, coliques, pertes de poids, tics, etc.

Laissez votre cheval au pré. Il vous en remerciera. Il pourra marcher comme il le souhaite. Il boitera simplement. En effet, un sol sec serait bien plus préférable mais, pas dans un endroit où il ne pourra pas marcher (box), ni sans copain.

Pour que l’abcès perce, le moral est important et la marche aussi. Laissez votre cheval vivre sa vie habituelle. Vous pouvez demander à rapprocher le foin de l’eau si vraiment vous le voyez souffrir… Mais, c’est tout.

 

3.Utiliser certains produits

Évitez les produits telle que la javel, que beaucoup conseillent. Elle a une action bien trop forte et risque de tuer toutes les bonnes bactéries qui protègent le sabot.

Evitez aussi les anti-inflammatoires qui auront pour conséquence de ralentir le processus de mûrissement de l’abcès. L’inverse exact de ce que l’on souhaite. L’inflammation est un processus normal. L’empêcher enlèvera juste la conséquence d’un problème qui a raison d’être, suite à un quelconque évènement. Il faut traiter la cause mais pas la conséquence.

Votre cheval a mal mais il en ressortira vivant et plus fort.

 

4.L’homéopathie…

C’est le seul traitement proposé si on cherche comment soigner un abcès sur Internet. C’est étonnant… Cherchez et vous verrez.

Ce n’est pas que je n’y crois pas… C’est que je sais que ça n’a aucun effet. Il n’y a pas une seule étude sérieuse qui prouve son efficacité.

Comment une goutte d’un produit, dans l’équivalent d’une piscine remplie d’eaux, peut-elle avoir un quelconque effet ?

Presque tous les cavaliers conseillent l’Hepar sulfur ou le PVB abcès… Ce serait efficace, voire magique… Je crois en l’effet placebo de l’homéopathie. Il est prouvé que l’effet placebo existe même si inexplicable. Je sais, cependant, que l’homéopathie ne fonctionnera pas avec moi. Je préfère donner de l’eau à ma jument, à laquelle je crois autant. L’homéopathie semble être de l’arnaque pure et dure. Évitons de dépenser notre argent inutilement.

SI vous avez cinq minutes pour vous instruire, n’hésitez pas à aller voir cette vidéo très intéressante sur l’homéopathie.

 

5.Écouter tout le monde et en venir à ferrer son cheval

Tout le monde a sa recette miracle pour soigner un abcès… Même moi… Faites attention à ce que l’on vous dit, renseignez-vous derrière. La première chose que j’ai à vous dire : n’écoutez pas ceux qui vous disent de referrer ! Votre cheval boitera toujours autant et les dégâts du fer… N’en parlons pas… Je ferai un article prochainement.

Faites vous votre propre avis via vos propres recherches.

***

Attention, mes propres conseils sont à analyser… Je n’ai pas la science infuse. Je parle de mes recherches et de mon expérience. Je peux me tromper.

Il ne faut croire personne, moi inclus. Qu’on ait raison ou tord. Il faut se renseigner et s’éduquer soi-même, vérifier les sources, avoir plusieurs sources, etc. Il est facile de trouver beaucoup de “conneries” sur Internet et beaucoup de vérités… À nous de faire le tri et de ne pas tout avaler. C’est très dur mais c’est un travail très important pour apprendre à ne pas croire à n’importe quoi…  Cf les un milliards de théories du complot… J’espère que vous savez qu’on a marché sur la Lune et que ce ne sont pas les extraterrestres qui ont construit les pyramides. Les documentaires sont si bien faits que l’on pourrait croire à tout si on ne se renseignait pas derrière. C’est la même chose dans le monde équestre.

***

 

Les 4 choses que vous devriez faire pour aider l’abcès à mûrir/percer :

 

1.La première chose que j’aurais tendance à dire est : en cas d’abcès, faites un pansement de graine de lin ou d’huile de ricin.

Comment faire le pansement ?

  • Vous prenez une couche pour bébés.
  • Vous placer l’huile de ricin ou la pâte de graine de lin (graine de lin + eau chaude mélangées) dans la couche.
  • Vous positionnez la couche autour du sabot atteint.
  • Vous prenez un gros rouleau scotch imperméable (c’est souvent le gris).
  • Vous entourez le sabot en évitant de faire un garrot.

Si le pansement est bien fait, il tiendra, même dans le pire des prés boueux.

***

Cependant, j’ai tendance à me demander comment fonctionne ces produits. Comment peuvent-ils faire mûrir un abcès ? Ces méthodes sont connues mais on ne connaît pas le pourquoi du comment cela fonctionne.

De plus, si le cheval garde un pansement plus d’une semaine de suite, même si ce dernier est changé tous les jours, le pied ne sera jamais à l’air. Il sera étouffé dans une matière nullement respirante (le scotch imperméable). Le pied macère et tout devient pourri. Ce que l’on souhaite éviter…

Les effets peuvent être mauvais. Je conseillerais donc de faire ce traitement uniquement les premiers jours puis, un jour sur deux grand maximum.

Tout le monde dit que les pansements sont efficaces mais, n’est-ce pas grâce au temps ? Tout simplement ? Ou autre chose ?

Depuis le dernier abcès de ma jument, je n’ai pas spécialement constaté une amélioration de son abcès suite à mes pansements… Puis, son abcès a mis 4 semaines à percer.

Il devrait exister un chausson de soin pour pré ultra respirant pour que je puisse devenir fan des pansements. Ce n’est pas encore le cas…

La moitié des chaussons existants se retrouvent détruits dès le lendemain. J’ai essayé avec la marque Tubbease… Le lendemain, j’ai retrouvé le plastique de la Tubbease au fond du pré et la “chaussette” de la Tubbease autour de la jambe de ma jument.  Il n’existe pas encore le chausson de soin idéal résistant et respirant.

SI vraiment le cheval souffre et ne peut pas marcher, le mieux est une planche de piscine découpée de la forme du sabot, entourée par du scotch. Cela soulage fortement et peut aider votre cheval à se mouvoir.

 

2.Le bain de bicarbonate de soude alimentaire

Le produit miracle des ménagères. Il ramollit le pied, le nettoie, réduit l’acidité. C’est bien le seul produit qui ne peut faire aucun mal tout en désinfectant les saletés de la boue.

Non sachant non plus comment ce dernier fonctionne exactement… Simplement, c’est le lendemain d’un bain de pied que le dernier abcès de ma jument a percé. Est-ce une simple coïncidence ? Je l’ignore… Ce que l’on peut constater est que cela ne ralenti pas le processus. En ce qui me concerne, c’est magique, c’est mon placebo. Je suppose que ce n’est que du hasard sur la durée mais je compte tester de nouveau.

 

3.Marcher son cheval

Stimulez, stimulez et encore stimulez. Rien de mieux pour la circulation sanguine dans la jambe et le pied. Marchez votre cheval un maximum pour faire mûrir l’abcès.

Plus il y aura stimulation, plus il se passera quelque chose dans le pied. N’hésitez pas à protéger la sole si votre cheval est particulièrement sensible et refuse de marcher.

Stimulez tout de même autant que vous le pouvez. C’est, pour moi, la meilleur méthode et la plus simple. Plus le cheval marchera, moins l’abcès durera longtemps, moins le cheval souffrira.

 

4.Ne rien faire

Au final, c’est à se demander si ne rien faire n’est pas aussi efficace que tout ce que l’on essaye.

Si le cheval marche déjà dans son pré, le travail se fait déjà tout seul. Le pied respire à l’air libre, on laisse l’abcès au temps.

Quand on voit le temps que certains abcès mettent à percer (plus de deux mois), c’est à se demander s’ils ne mettraient pas autant de temps sans l’intervention d’un humain qui teste sa sorcellerie.

J’avoue ne pas savoir si je ferai de ma jument un cobaye pour cette expérience “ne rien faire”. Mais, j’avoue que c’est une question que je me suis posée lors de son dernier abcès… À faire pourrir les pieds dans des pansements… Parfois, je ne faisais rien en me disant que cela n’allait pas changer grand chose et que seul le temps aiderait… Qu’en pensez-vous ?

***

En attendant, ma solution idéale, suite à l’expérience des abcès que j’ai connu, est : bain de bicarbonate une fois par jour voire 1 jour sur deux; chaussons de protection à fabriquer si douleur; un maximum de marche.

Je pense abandonner les graines de lin et/ou huile de ricin dans le pré. Sauf si j’en viens à  marcher ma jument avec un pansement. Voila mon protocole. Pas d’homéopathie, en tous cas, c’est bien certain.

***

Que faire après l’abcès ?

Votre cheval remarche normalement et n’a plus aucun signe de douleur ? Vous n’avez plus rien à faire à part lui faire reprendre sa vie normale dans la douceur. Aucun soin n’est nécessaire, hormis pour se donner bonne conscience.

***

J’espère que cet article vous aidera si votre cheval est actuellement en période d’abcès. J’espère que vous vous poserez les bonnes questions et que l’abcès percera au plus vite.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest

Share This