Pourquoi le box reste le choix numéro un pour un cheval ?

Pourquoi existe-t-il encore de nombreuses pensions box ?

C’est quand même bizarre, non ?

 

Les idées reçues du box :

 

1- Cela fait “pauvre” de mettre son cheval au pré

Les propriétaires qui mettent leurs chevaux au box pensent que c’est plus luxueux et que le pré est réservé aux personnes qui n’ont pas d’argent. Ce serait donc les “pauvres” qui mettraient leur chevaux aux prés. Ce n’est pas flatteur pour l’égo, il faut donc mettre son cheval au box… À part vous dire de revoir vos priorités et d’arrêter de vivre vis à vis du regard des autres, je ne sais pas trop quoi vous dire. C’est vrai qu’il faut beaucoup plus d’argent pour mettre son cheval au box mais cela ne veut pas du tout dire que c’est le plan idéal !

Faites des économies, mettez votre cheval au pré, il vous en remerciera.

 

2- Le cheval est au chaud au box

J’ai tout le temps entendu ça mais c’est quelque chose que je ne comprends pas. Expliquez-moi. Dans une écurie, il y a rarement de chauffage… Hormis dans les petits barns où la chaleur est concentrée par la présence des chevaux, je ne vois pas comment le cheval peut être au chaud. Il a le droit à toute la température extérieur mais il ne peut pas bouger pour se réchauffer et rarement manger… Je pense que le cheval est mieux au pré où il peut réellement se réchauffer en bougeant.

 

3- Il n’y a pas assez de place dans les écuries pour mettre tous les chevaux de France au pré

Pour ce point, on reste en France. Les calculs seraient impossibles si je devais prendre en compte tous les pays. Il y a plus de 1 060 000 chevaux (derniers chiffres officiels datant de 2016), il faudrait minimum 500m2 carré par cheval (le un hectare requis est pour nourrir à l’année) soit 5300km2 de prés. La superficie de terre agricoles (on va prendre ça pour trouver de futurs champs) est de plus de 290 000km2. La superficie de la France est de plus de 600 000km2. Je pense qu’on pourrait s’arranger vu qu’il nous faudrait seulement 5300km2. Bon, oui, dans un monde utopique mais… Il y a bien de la place. En effet, en Ile de France, c’est une toute autre histoire…

 

4- Au box, le cheval est à l’abris du danger et des intempéries

J’entends décidément de tout. Alors, déjà, pour informer les pros box, les chevaux ont souvent un abris dans leur pré pour se protéger de la pluie, du vent, du soleil, etc. Ils ont même parfois des arbres. Le cheval n’est donc pas moins à l’abris que dans son box.

Et puis, le cheval n’est pas en sucre et ne fond pas sous la pluie.

Pour ce qui est du danger, en France, il n’y a pas de coyote ou assez de loups pour faire quoi que ce soit. De plus, le cheval peut “s’échapper” du danger dans son pré et c’est impossible dans son box. Le seul vrai danger peut être un danger “humain” (chasse, psychopathe)… Mais ce pourcentage est faible. Il ne faut pas être parano (et toucher du bois).

 

5- Un box c’est comme une petite chambre pour le cheval, il se sent chez lui

Oui… Il est chez lui mais un box ressemble davantage à des toilettes qu’à une chambre…

 

6- Il y a moins de possibilité de se blesser au box

Il y a moins de possibilité de faire une fracture, une glissade mais il y a beaucoup plus de conséquences non visibles sur le court terme mais bien mauvaises sur le long terme (ulcères, mal être, fragilité, etc). De plus, entre les chevaux qui se bloquent en se roulant, ceux qui se cognent, etc. il y a de quoi se blesser dans un box si le cheval n’est pas entouré de papier bulle.

 

7- Le cheval aime le box

Un cheval qui aime le box ce n’est pas normal. Alors oui, certains n’ont connu que ça et sont conditionnés. Comme un lavage de cerveau. Mais, laisser un cheval plus d’un mois avec des copains accueillants, très vite il arrêtera d’essayer de rentrer au box. Rare est le cas dans l’autre sens.

Pour les chevaux qui vivent en box la nuit, pré la journée, c’est tout simple : ils savent que leur ration les attendent et surtout, ils ont peur de se retrouver seuls au pré. Ils préfèrent ainsi rentrer pour ce sentiment de sécurité.

 

Les chevaux qui aiment le box sont donc ceux qui n’ont connu que ça et c’est tout à fait normal. S’ils ont le choix à la naissance, ils voudront, dans l’ordre de priorité : copains, manger, liberté de mouvement.

***

Après tous ces points, j’en viens à m’interroger sur toutes ces questions : pourquoi les cages pour les oiseaux, les aquarium pour les poissons, les zoos, les bassins pour les orques et dauphins, pourquoi tout cela fait un scandale ? Pourquoi on en parle ? Mais pourquoi le box, à côté, c’est normal quand on sait que les 3 besoins primaires du cheval sont : bouger, sociale, manger ?

Je suis dans l’incompréhension de devoir justifier le côté mauvais du box.

***

 

Tous les inconvénients du box :

 

1- Le box, c’est cher

Plus de 500 euros par mois en région parisienne, plus de 300 dans les autres régions. Je ne sais pas pour vous mais, en ce qui me concerne, je préfère mettre autant d’argent ailleurs. Mettre son cheval au box, même quand on a des revenus très correct, cela ruine. 

Le box est en général plus de 200 euros à 400 euros plus cher que le pré. Avec cette moyenne de 300 euros en plus par mois, on peut faire tellement de choses. Après, chacun fait ce qu’il souhaite mais il ne faut pas venir se plaindre de ses finances. Ma jument ne me coûte presque rien et cela me permet d’être tranquille. 0 sacrifice et un poney heureux.

 

2- Quand on a un cheval au box, on doit venir voir son cheval tout le temps

Le plus gros désavantage du box est qu’il faut venir s’occuper de son cheval tous les jours ou trouver quelqu’un pour le faire (encore des frais). Cela devient plus une corvée qu’un plaisir. Quand on va voir son cheval au pré, c’est parce qu’on le souhaite. Si la pension pré propose tout, le cheval n’a pas du tout besoin de nous. 

Au box, il devient dépendant de nous. Il faut le sortir, lui faire voir d’autres chevaux, le faire brouter, etc.

Hormis si vous avez une super pension pré/box ou si vous avez assez confiance en d’autres personnes pour le sortir + si vous arrivez à dormir la conscience tranquille quand votre cheval s’ennuie comme un rat mort au box, vous devrez passez votre vie à l’écurie.

C’est très pesant pour votre vie personnel, santé,  sociale, travail, etc. Le box devient un handicap pour vous même.

 

3- Il est difficile de maintenir un cheval un peu plus fragile en état au box

Cela peut paraître étrange car on pourrait se dire il bouge moins + moins de calories dépensées = le box c’est plus simple. En plus, il fait froid au pré = plus de calorie dépensées. Ben… peut-être. Je ne vais pas nier les dépenses caloriques. 

Le soucis est qu’au box, le cheval mange beaucoup moins que ce qu’il devrait, son estomac travaille beaucoup moins, le transit pareil, donc les assimilations sont plus faibles.

En outre, il mange beaucoup plus d’aliments concentrés et souvent, par méconnaissance, il dépense plus d’énergie à les assimiler que ce que ces aliments pourraient lui apporter… De plus, le mal être et stress au box créent des ulcères gastriques = assimilation encore pire.

 

A l’inverse, au pré, le cheval mange presque 24h/24 de l’herbe souvent trop riche… En gros, les problèmes deviennent souvent l’inverse et on se retrouve avec de l’embonpoint sur un pur sang qu’il était impossible de faire grossir au box malgré le foin à volonté (cf ma jument …).

 

4- Le cheval n’est pas heureux au box

Le cheval est malheureux au box. Pas de copains, ne peut pas défouler, ne peut pas manger quand il en a besoin. Il n’a rien pour être heureux au box.

 

5- Le cheval est fou quand sort du box

Cela peut aller dans le cercle le plus vicieux. Le cheval est fou => on en a de plus en plus peur de le sortir => il devient de plus en plus “fou”.

Un cheval qui ne sort pas assez a un besoin énorme de se défouler. Les risques d’avoir un cheval pas bien dans sa tête un peu trop joyeux (soit “fou”) se multiplient.

Au pré, le cheval a bien du temps pour se défouler et ne ressent pas cette frustration de ne pas bouger. Il sera, par conséquent, bien plus calme à la monte.

 

6- Quand le cheval vit au box et qu’il faut le monter, on doit le marcher bien plus longtemps pour échauffer ses muscles avant le travail

Au box, les muscles du cheval sont au repos total. Si on souhaite monter, il faudra le marcher encore et encore pour échauffer les muscles. Une grande perte de temps nécessaire pour éviter tous problèmes musculaires.

Au pré, les muscles sont déjà “échauffés”, il suffit de le marcher 10 minutes dans une détente classique et c’est tout bon. Quand même bien plus simple ! Sauf si, bien sûr il dort quand vous arrivez.

***

Pour conclure et faire un résumé très rapide : le box c’est mauvais !

Le pré a du mauvais aussi à engraisser nos chevaux mais je reviendrai sur ce point dans un prochain article. 

Si après cet article, vous êtes toujours convaincus que le box c’est mieux, j’attends vos commentaires.

S’il vous plaît, pas d’insulte, ayons une discussion posée. En général toute insulte vient avec du manque d’argument.

À tout de suite dans les commentaires. Les anti box, n’hésitez pas à ajouter des points si j’en ai oublié.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest

Share This