Pourquoi avoir mis temps de temps à déferrer ma PS ?

 

J’aurais tendance à dire que sa race est la réponse à cette question…

“C’est un Pur sang, elle est fragile !” , “Elle ne pourra jamais être pieds nus!”, “Il faut lui mettre des plaques !”, “Il faut referrer ses postérieurs !”, “Sa sole est molle, elle souffre !”, “Attention à la fourbure !”.

Je ne vais pas répéter tout ce que les professionnels m’ont scandé, en dehors de ses pieds, comme “Elle ne peut pas vivre au pré”, car je ne m’arrêterais jamais. En tous cas, elle vit très bien au pré… Je m’égare.

Ce que j’ai compris, d’après vétérinaires, maréchaux-ferrants, moniteurs ou, tout simplement, cavaliers de club, c’est que ma jument est fragile.

Pour qu’elle puisse n’avoir aucun problème, c’est très simple : je dois l’enfermer dans du papier bulle et l’empêcher de faire le moindre mouvement.

Enfin, pas si simple, la connaissant, elle finirait en colique… Je ne sais alors pas trop ce que je pourrais faire pour la protéger… C’est difficile…

Peau trop fine, estomac trop fragile, jument trop stressée, etc. Pour son réel bien-être, j’ai l’impression que je dois lui donner l’environnement de vie optimal qui est à l’opposé de tous les conseils professionnels que l’on m’a donné jusqu’ici… Étrange… Je n’écoute ainsi que très peu de conseils.

La seule chose que j’écoute encore est de laisser ma jument ferrée.

 

Qu’est-ce que j’attends pour agir ?

 

Pour placer le contexte, j’ai déferré ma PS des postérieurs, il y a bien 5 ans, suite à des vacances au pré. Non pas par décision sur son bien-être mais par obligation.

En la récupérant, je n’ai pas vu de différence notable donc j’ai souhaité  laisser les postérieurs nus.

Depuis, elle vit h24 au pré, la question ne se pose pas, elle doit être déferrée des postérieurs pour la sécurité de ses colocataires. Un accident peut vite arriver.

Au niveau de ses antérieurs, en 7 ans, j’ai bien dû avoir plus de 6 maréchaux différents. Jument qui boite, jument qui déferre, maréchal soit disant mauvais d’après le bouche à oreille, etc. Toujours des changements sans sens, toujours des galères.

Un problème, qui me dérangeait particulièrement, était en balade : à chaque fois que je marchais sur le béton avec ma jument, j’avais mal pour elle. Chaque pas semblait résonner dans tout son corps. Je n’y voyais aucun confort. Comment du métal peut amortir ? Pourquoi les fers ne sont pas de la même matière que nos chaussures ? Pourquoi elle a toujours mal sur cailloux ? Ses fers ne sont pas là pour la protéger ? Pourquoi tant d’abcès ? Et ces clous ? Quelle horreur !

J’avais beau avoir une connaissance sur les pieds des chevaux proche du néant, j’ai toujours eu du mal avec le principe du fer de l’époque moyenâgeuse. J’ai toujours pensé qu’on était resté des années en arrière dans ce domaine. Comme si l’équitation était le seul domaine qui n’avait pas le droit à l’évolution de la technologie et des matériaux.

J’ai changé de maréchal il y a environ un an car madame la jument défferrait une fois par mois. J’en ai trouvé un dernier avec lequel je n’ai plus eu de problème. Mais voila, mon objectif restait de pouvoir la déferrer sur le long terme et d’après lui, c’était impossible.

J’ai donc abandonné. Si même ce bon maréchal le disait…

J’avais cherché des podologues dans ma région, tous les ans, je n’en ai jamais trouvé.

 

Comment passer un cheval pieds nus sans connaissance, sans podologue et sans maréchal qui souhaite le faire ?

Impossible !

 

Heureusement (ou malheureusement ?) pour ma jument, une propriétaire d’une jument pieds nus est arrivée il y a moins d’un an. Elle avait un podologue à me proposer, sa jument avait l’air parfaitement bien pieds nus, j’ai mis quelques courts mois à me décider et je me suis lancée ! Merci à elle ? La suite nous le dira… Edit de juin 2018 : Oui, merci beaucoup à toi si tu tu passes par là et que tu te reconnais !

J’ai décidé de passer ma jument pieds nus en hiver… J’allais partir en vacances, j’avais la flemme de monter, je me suis dit que c’était le parfait moment. Vacances pour mon cheval et pour moi ! Grossière erreur pour le choix de date de son déferrage… Le mal est fait, je ne vais pas revenir en arrière.

Ma jument est donc passée pied nus fin janvier 2018 !

La suite de son passage pieds nus ici !

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest

Share This