Avant de parler des avantages de se lancer dans l’activité de la balade à pied avec son cheval, je vais parler des risques.

 

Le premier risque est tout bête :

Dès que vous croiserez quelqu’un d’extérieur au monde du cheval, il vous demandera pourquoi vous n’êtes pas dessus. Vous devrez toujours tout expliquer. Un peu embêtant quand vous croisez du monde sur une petite heure et surtout, embêtant de se dire qu’un cheval n’est fait que pour être monté aux yeux des personnes.

 

 

Le deuxième risque est plus que dangereux :

Votre cheval est une proie. Son instinct de survie peut surgir et la plus grande force du monde ne vous fera pas le tenir s’il panique. Il risque de rentrer aux écuries sans vous…

Pour atténuer ces risques, il y a plusieurs choses à respecter si vous débutez les balades à pied et que vous ne connaissez pas encore votre cheval dans un environnement extérieur :

  • Commencez par tenter la marche en carrière puis, progressivement, dehors de plus en plus longtemps.
  • Faire brouter le cheval peut être un bon début pour l’habituer à être seul dehors avec vous.
  • Evitez au maximum les routes empruntées par les voitures.
  • Toujours avoir des gants pour ne pas se brûler les mains avec la longe en cas d’incident.
  • Un petit stick pour le retenir derrière vous plus facilement. Pas pour le fouetter…
  • Avoir une bombe si vous êtes parano.

Je me suis déjà fait trainée par ma jument, à nos débuts, suite à la vue d’un épouvantail… Je peux vous dire, que, sans parler de la douleur, vous allez vite lâcher et votre cheval va vite vous abandonner en cas de panique. Je raconte cela mais ce jour là, ma jument s’était arrêtée d’un coup, une fois que le boulet (ici, moi) avait lâché la longe. J’ai quand même eu une belle frayeur ! Il faut toujours être vigilent.

Ce genre de danger est largement possible à pied mais tout autant à cheval si l’on tombe… Après, à nous de décider de partir en balade ou pas.

Sachez un truc, plus le cheval sera habitué, moins ses réactions seront violentes ou dangereuses.

***

Les bienfaits de ce genre de balades sont bénéfiques autant pour le cheval que pour le cavalier.

 

Pour le cavalier :

  • Marcher est une superbe activité physique : Quand, pour diverses raisons, vous ne comptez pas faire de trot, pourquoi seller et monter ? C’est une perte de temps ! Partez en licol vous promenez. Comme cela, vous ferez votre petit sport journalier. Rien de mieux pour la santé et pour atteindre les 10000 pas recommandés.

  • Une nouvelle approche de l’équitation : Il y a énormément de choses à apprendre à pied : le respect du cheval à pied n’est pas à prendre à la légère. Vous pouvez lui apprendre à rester derrière ou à côté de vous, céder à la longe, rester tranquille quand peur soudaine, etc. C’est un vrai travail ! À vous de tester pour savoir s’il y a du travail ou non avec votre cheval. Ce que je sais est que, malgré le fait que ma jument connaisse très bien cette activité, je le fais au moins une fois par semaine pour qu’elle n’oublie pas et ne devienne pas dingo le jour où je serais obligée de la marcher, suite à un quelconque protocole vétérinaire. Je garde donc cette habitude, pour elle, pour que ce ne devienne jamais un obstacle.

 

  • Augmentation de la confiance et perte de la peur : Pour les deux, cavalier comme cheval. Nous sommes si impuissants face à nos grandes bêtes que nous pouvons vite nous faire peur si ces dernières s’excitent. En faisant un maximum de balades à pied, nous apprenons à réellement connaître notre cheval, son comportement à pied et ses limites dans sa force. Vous verrez qu’il n’est pas si fou et pas si dangereux. Il deviendra un être inoffensif. Ce qui est peut être faux donc il faut toujours faire attention car on peut revenir au risque numéro 2 si imprévu…

 

***

Pour le cheval :

 

Il continue de travailler sans l’horrible poids du cavalier. C’est comme marcher sans un sac à dos rempli de bouteilles d’eau ! Plus pratique quand même !

Le pas est l’allure qui muscle le mieux le cheval. Balade à pied ne veut pas dire balade au ralenti. Marcher vite et réveillez-le. Il marchera naturellement énergiquement et avec la tête basse ! Rien de mieux, de moins contraignant et de plus facile pour muscler un cheval ! N’hésitez surtout pas à faire de longues balades !

Profitez-en aussi pour faire des terrains variés ! Talus raides, escaliers, etc. Attention cependant. En tous cas, profitez de faire en sécurité tout ce que vous n’oseriez pas faire à cheval. Les risques sont amoindris et le cheval se muscle davantage ! Pas de faute du cavalier pour le bloquer dans ses divers mouvements.

 

La balade à pied varie le quotidien d’un cheval ! En variant ses activités (non stressantes), le cheval ne sera jamais surpris d’un changement soudain et prendra un plaisir à sortir de son pré rectangle monotone ou de son petit box. Je n’ai jamais vu un cheval mécontent de sortir pour une balade. Toujours heureux de tirer la longe pour aller goûter l’herbe plus verte que dans son pré. On a rarement de grands prés à perte de vue, notamment en Île de France donc, au final, nos chevaux peuvent s’ennuyer un peu. La venue de leur propriétaire pour faire une activité non contraignante (et manger) leur plaît toujours !

 

 

En outre d’améliorer le moral du cheval, la balade lui apprend à s’habituer à des environnements bien plus variés. Il ne sera plus excité pour un rien lors de sa banale annuelle… Cf les chevaux de clubs complètement dangereux dès qu’ils voient autre chose que la carrière et pourtant, qui sont bien plus mous que nos chevaux frais qui n’ont jamais fait de club.

Vous aurez donc des chevaux bien mieux dans leur tête et bien plus calme. Un must have.

Quand vous serez, un jour, obligés de sortir votre cheval à pied, suite à une colique, un abcès, etc., que je ne souhaite pour rien au monde à votre cheval, vous ne rencontrerez aucune difficulté car cela sera devenu quelque chose de complètement normal pour vous et votre cheval. Il ne vous sautera pas dans les bras. 

***

Attention cependant : pour éviter tout problème, si vous avez un cheval, aujourd’hui, dit “difficile”, je vous conseille d’y aller doucement.

S’il ne veut pas quitter ses copains de pré ou s’il souhaite partir comme un fou car il sort de son box, allez-y progressivement.

Tout d’abord, apprenez lui à s’arrêter automatiquement à côté de vous quand vous vous arrêtez. Vous pouvez suivre la méthode simple de Parelli pour ce genre d’exercices de base ou toutes autres méthodes “éthologiques” qui consistent à apprendre au cheval à déplacer les hanches, les épaules, s’arrêter, trotter, marcher, etc. sans toucher votre cheval.

Cela permet d’avoir le respect de sécurité en balade.

Grâce à cela, si votre cheval déconnecte ses neurones, vous pouvez lui demander de s’arrêter, de marcher, de s’arrêter de nouveau, etc. Dans le but de le reconnecter, afin qu’il se calme. C’est très efficace. Avoir cette base à pied d’équitation “éthologique”, permet de garder un minimum de sécurité envers son cheval. On est très loin de la complicité mais c’est un début.

Ensuite, pour commencer progressivement, ne partez pas faire une balade d’une heure avec un cheval que vous ne connaissez de nul part. Commencez par 5 minutes puis 10 puis 20 puis… Quand vous senterez que tout se passe à merveille, vous pourrez sortir pour de vraies balades qui seront aussi bonnes pour votre santé que la sienne.

Alors, bonnes balades et bonne santé !

 

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest

Share This