Le jour était venu de parer les pieds de ma jument, le rendez-vous était pris avec le podologue mais, ce dernier a annulé son passage… C’est une propriétaire de mon écurie qui me l’a informé, une heure avant le rendez-vous. Il aurait eu un accident avec un cheval le matin même. J’apprendrais plus tard que le problème est simplement que nous ne pouvons plus compter sur lui et qu’il ne compte plus venir. Indirectement encore une fois. Je ne pense pas avoir de ses nouvelles avant longtemps. C’est dommage, c’était un très bon podologue.

MAJ article : deux mois plus tard, je n’ai toujours pas eu de nouvelles et maintenant que je m’y connais un peu, je ne suis pas fan de ses méthodes. Bien heureuse de ne plus l’avoir en podologue.

***

Voilà cinq semaines que ma jument avait été parée, le rendez-vous était pris en fonction des disponibilités du podologue, les pieds avaient bien poussés, un peu trop, je ne savais toujours pas râper, et ma jument s’est retrouvée sans podologue. Le pire moment pour elle !

La raison, qui m’avait fait hésiter à passer ma jument pieds nus ces dernières années, s’est retrouvée au premier plan. Pourquoi passer son cheval pieds nus si on ne trouve personne pour s’en occuper ? Au moins, on ne manque pas de maréchaux ferrants !

J’attends ainsi le stage de PEL, auquel je me suis inscrite, avec impatience. Je pourrais, sur le moyen terme, savoir parer ma jument moi-même.

Heureusement pour ma jument, une personne de mon écurie me dit qu’elle sait parer et accepte de me dépanner. Vu les compliments que le bon, mais non fiable, podologue avait fait sur les pieds de sa jument, je sais que je peux lui faire confiance. J’accepte avec plaisir.

Un petit comparatif avant/après :

  

 

 

Je suis toujours une novice mais le travail me semble bon et ma jument marche correctement, pour ne pas dire toujours aussi bien. Je la remercie vivement.

Cette propriétaire a, de plus, trouvé un nouveau podologue qui a l’air excellent. J’espère qu’il aura du temps pour s’occuper des chevaux de notre écurie.

Ce qui est dommage, est que je suivait les conseils du podologue non fiable pour m’occuper de ma jument. Maintenant, je ne sais plus trop quoi faire. J’écoute et observe ma jument… Elle semble aller bien. J’ai peur d’aller trop vite, trop loin et qu’elle se remette à boiter.

***

En attendant, les balades en main se passent toujours à merveille, elle semble un peu sensible sur cailloux mais il faut la connaître pour le savoir. Elle travaille montée, en carrière, sur de courtes séances, une à deux fois par semaine. Elle n’a aucune boiterie.

Puis-je partir en balade monté ? Je compte tenter… J’ai envie de savoir. J’espère que ce ne sera pas une erreur de cavalière qui veut toujours tout trop vite…

 

 

Je me dis qu’elle galope assez dans son pré et qu’elle doit être capable de faire une petite balade montée avec un peu de trot. Nous verrons…

Pour connaître la suite, c’est ici !

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest

Share This